Turf
Publié le - 1159 v. -

Impossible de faire courir son cheval si il est malade !

Dans le monde équestre, certaines conditions et principes strictes doivent être respectées pour assurer la sécurité et la santé des chevaux. Et cela de même, aussi en cas de maladie. S’ils tombent malade, nous devons éviter certains comportements inappropriés et ne pas poussé les équidés malades, à effectuer des travaux ou exercices exténuant, ce qui pourrait nuire encore plus gravement à leur santé.

Avis médical.

Votre cheval présente des signes de maigreur, de démangeaisons, de manque d’appétit et d’enthousiasme, des poussées de fièvre ou présente un comportement anormal, refus de travailler avec baisse des performances pour les chevaux de course, alors n’hésitez pas, comprenez qu’il n’est pas en bonne santé et dans cette situation, il faut appeler un vétérinaire équin. Quelque soit la maladie qui peut être décelée, grippe équine, rage, artérite virale, gale cheval, infestations parasitaires ou rhino pneumonie, l’équidé aura besoin d’un traitement médical et d’un bon repos pour reprendre sa forme. Nul n’est besoin de lui administrer des recettes de grand-mère , ce qui pourrait encore plus aggraver son état, et la loi est claire, à ce propos , seul les vétérinaires sont autoriser à effectuer des soins médicaux sur les animaux et notamment sur les chevaux. Ne cherchant pas non plus dans son état maladif à le faire participer de force à une compétition équestre pour quelques cagnottes que ce soit. Suivons juste les conseils du vétérinaire pour le bon rétablissement de l’équidé.

Respect des consignes.

L’expertise vétérinaire et la mise en application d’un traitement doivent être considérer comme des actes très important pour la vie du cheval malade. Votre vétérinaire sera en mesure de vous aider à déterminer de la nécessité de faire les changements nécessaires dans son alimentation et son environnement pour favoriser la guérison du cheval et son retour au grand galop et de bien le nourrir pour le preparer à être prêt.

Laissez votre commentaire à propos de cet article